Pourquoi construire un diagnostic partagé ?

Jusqu’à présent, non seulement personne n’a proposé une explication cohérente et pertinente des causes du chômage, mais nous faisons comme si cette explication existait.

Les quarante années de chômage de masse en France n’étaient-elles pas suffisantes pour donner le temps d’en expliquer les causes ?A notre connaissance, et aussi surprenant que cela puisse paraître, aucun mouvement politique, institutionnel ou social ne s’est fait connaître au cours des 40 dernières années pour exiger un travail d’explication complet et rigoureux des causes du chômage.

Serait-ce parce qu’un tel travail serait impossible ?  Peut-être en effet n’est-il pas possible d’établir une démonstration purement scientifique. Mais encore faut-il pouvoir le justifier. Et quand bien même certaines propositions seraient à la fois vraies et indémontrables,  il importe de pouvoir les formuler et les partager pour pouvoir donner un sens au chômage de masse que nous connaissons.

Pour le moment, nous ne disposons seulement que de petits bouts d’explications, partiels, partiaux, sans aucune piste pour accéder à une cohérence d’ensemble. Le foisonnement des travaux entrepris pour défendre ou critiquer des mesures particulières (baisse des charges, 35 heures…) continue de masquer la rareté des travaux de recherche fondamentale consacrés aux causes du chômage.

Certes, le travail à mener pour comprendre les causes du chômage est gigantesque, hors de portée d’un chercheur seul. Mais des collectifs de travail peuvent eux accomplir cette tâche potentiellement enthousiasmante.
Encore faut-il demander ce travail !
Encore faut-il aussi bien préciser ce que l’on veut comprendre.

C’est pourquoi l’association des demandeurs d’explication pour un Diagnostic Partagé sur les Causes du Chômage, DPCC a été créée : son objectif est de rassembler les demandeurs d’explication des causes du chômage en France et d’accompagner leurs demandes d’explication. Il s’agit de partager les questions, de les discuter, en faire reconnaître l’intérêt, et de faciliter in fine le travail de production d’explication qui doit être organisé et financé.