« C’est comme une tache sur ma cravate » 

« C’est comme une tache sur ma cravate », nous avouera en 2019 un économiste reconnu par ses pairs. Bien qu’étant depuis plus de trente ans spécialiste de l’emploi et du chômage, il est un des rares à le reconnaître : à ce jour, il n’est toujours pas en mesure de proposer une explication des causes du chômage en France.

En 2008, le Conseil d’Orientation de l’Emploi reconnaissait également le problème, dans son rapport sur les causes du chômage : ce document mérite bien sûr une lecture attentive, mais le lecteur pressé peut déjà retenir la conclusion de la seconde partie ci -après : « Le tour d’horizon réalisé dans cette partie incite à la modestie sur ce que l’on sait des causes du chômage français. S’il ne fait pas de doute que notre connaissance a beaucoup progressé dans ce domaine, elle est encore aujourd’hui partielle ». Le mot « modestie » était mis en gras dans le texte original. Malheureusement, ce constat de nécessaire modestie n’a pas été suivi d’un projet visant à combler les manques identifiés par les rapporteurs du COE et, depuis plus de dix ans, plus aucun travail n’a été officiellement demandé en France pour comprendre les causes du chômage.

Télécharger le rapport de 2008 du COE, dernier essai officiel et non transformé des pouvoirs publics pour comprendre les causes du chômage.

C’est ce constat d’ignorance qu’il nous faut d’abord partager avec le plus grand nombre. Non seulement nous ne disposons que de petits bouts d’explications, partiels, partiaux, sans aucune piste pour accéder à une cohérence d’ensemble, mais personne n’a été jusqu’à présent en mesure de proposer une explication pertinente et complète.
Le foisonnement des travaux entrepris pour défendre ou critiquer des mesures particulières (baisse des charges, 35 heures…) continue de masquer la rareté des travaux de recherche fondamentale consacrés aux causes du chômage.

Pourquoi cette insuffisance de travaux ?